Le mot du Président

 

Des Landes de Locarn aux sources du Scorff, du Bois de Coat Mallouen aux Montagnes Noires,25 communes du sud-ouest du département des Côtes d’Armor se sont regroupées au sein d’une entité administrative : « La Communauté de Communes du Kreiz-Breizh ».

 

La ville centre – Rostrenen – avec une population de 3256 habitants est aussi le siège de la communauté des communes, installée dans la cité administrative qui accueille également la mairie, les bureaux du Pays du Centre-Ouest-Bretagne, la Mission Locale de l’Emploi, la Trésorerie et la maison du Département.

Chaque Commune a son histoire, sa géographie, son identité spécifique mais le territoire de la CCKB possède une cohérence indéniable émanant de sa ruralité profonde et de sa centralité, à l’écart des villes moyennes qui l’entourent : Carhaix à l’ouest, Guingamp au nord, Loudéac à l’est, Pontivy au sud.

Traversé d’est en ouest par la Route Nationale 164, voie structurante du Centre-Bretagne de Rennes à Chateaulin, dont la mise à 2x2 voies est en cours depuis les années 1960-1970, le territoire de la CCKB est également desservi par la RD 790 Saint-Brieuc/Quimper qui relie Saint-Nicolas-du-

La fragilité économique et démographique de la CCKB trouve son origine dans cette desserte routière insuffisante. Alors que les zones sud et nord de la Bretagne se développaient autour des voies express Rennes/Brest et Nantes/Quimper, la Bretagne centrale subissait au fil des décennies le handicap de son enclavement.Pélem, Plounévez-Quintin, Rostrenen, Glomel, Tréogan ainsi que les communes qui bordent cet axe routier.

Pourtant, ce territoire dispose de richesses indéniables :

- d’abord une population à forte identité culturelle : la CCKB est le berceau le plus riche des traditions chantées, sonnées, contées de la Bretagne puisque ses 25 communes appartiennent aux terroirs :

  • Fanch Plinn au Nord-Est
  • Fisel au centre
  • Montagne à l’ouest
  • Pourlet et Kost ar C’hoet au sud

où la langue bretonne vernaculaire est encore parlée au quotidien par une part significative de la population dont elle était la langue maternelle.

 

- L’apport d’une nouvelle population venant d’horizons divers, dont une part non négligeable d’au-delà des frontières de l’hexagone est ici ressenti comme une richesse et non comme une agression et vient compenser le solde migratoire négatif.

Les atouts naturels sont tout aussi importants, des paysages variés alternant des collines et des vallées encaissées confèrent à ce territoire une qualité environnementale indé

  • niable où quelques lieux significatifs contribuent à la notoriété de la Bretagne intérieure : le canal de Nantes à Brest de Carhaix à Guerlédan avec ses écluses, ses chemins de halage attirent de nombreux randonneurs et touristes, les Gorges de Toul Goulic, accident géographique qui fait disparaître le Blavet sous d’immenses blocs de granit érodés sur plusieurs centaines de mètres n’a d’égal que celles du Corong dans le site exceptionnel des landes et tourbières de Locarn. Et la liste de ces endroits magiques n’est pas exhaustive : les landes de Liscuis et la vallée du Daoulas à Laniscat, le site de Magoar Lanvern à Glomel, le bois de Coat Mallouen et l’Etang Neuf à Saint-Connan, la forêt et le lac de Beaucours à Saint-Nicolas-du-Pélem, l’Etang du Pelinec, la forêt de Bon Repos ….

Le Patrimoine bâti n’est pas en reste, le territoire de la CCKB est essaimé d’édifices religieux et civils qui témoignent d’un passé faste, à commencer par les églises paroissiales dans leur enclos granitique au cœur des bourgs de Kergrist-Moëlou, Trémargat, Lanrivain, Saint-Gilles-Pligeaux, Canihuel etc … les chapelles de quartier perdues dans des écrins de verdure, témoignage d’une animation villageoise passée intense aux noms évocateurs de pardons, de rites, de guérisons pour la populat

  • ion locale : Le Guiaudet, lannegan, Saint-Antoine, la Clarté, La trinité, Kerlun, Saint-Colomban, Danouet, Le Loch etc ….

Les manoirs imposants avec ou sans tourelle, les gentilhommières, les maisons rurales de caractère, les fontaines, calvaires, lavoirs, fours à pains, moulins ….., le territoire de la CCKB recèle des trésors de l’architecture et du savoir-faire bâti ancestral insoupçonnables pour qui n’a pas arpenté le Kreiz-Breizh en empruntant les chemins de traverse.

Mais la communauté de communes, si elle se préoccupe de son patrimoine et de son environnement, exerce aussi des compétences diversifiées dans les domaines les plus actuels et les plus essentiels à la qualité de vie quotidienne de ses habitants.

La collecte, le tri sélectif, la valorisation des déchets représentent un engagement technique, logistique, financier majeur de l’institution avec la contrainte lourde d’un espa

  • ce géographique important où la population est très disséminée, ce qui rend difficile les optimisations économiques.

Le développement économique, réparti sur plusieurs zones d’activités exige plus qu’ailleurs des initiatives et des efforts pour permettre le maintien des entreprises et de l’emploi et pour attirer de nouveaux porteurs de projets.

Les services à la population en direction des jeunes, des anciens et des plus démunis ont été mis en œuvre : transport souple à la demande en concertation avec les artisans Taxi du secteur, abattoir communautaire de Rostrenen, centre d’accueil et de loisirs pour les jeunes, maison de l’enfance, maison médicale de Saint-Nicolas-du-Pélem sont autant d’exemples de nos choix politiques et de la vitalité de la CCKB.

La politique de l’habitat à travers les opérations programmées de rénovation de l’habitat ancien a permis de doter le territoire de logements locatifs confortables et conventionnés et donc d’accueillir de nouveaux résidents, mais aussi d’améliorer l’habitat principal des auto

  • chtones et de valoriser le patrimoine immobilier.

La création d’une école de musique, de théatre et de danse à Rostrenen, où quelques 500 adhérents s’initient à ces domaines artistiques sous l’égide d’une association dynamique, représente une vitrine valorisante de notre communauté de communes et un outil d’attractivité pour les familles.

La CCKB intervient par ailleurs en soutien aux évènements touristiques, culturels, associatifs de son territoire dans le but d’inciter à la convivialité du lien social, à l’attractivité du territoire. Elle s’implique fortement dans l’appui financier aux acteurs du tourisme et dans les problématiques environnementales. 

Le site Internet de la CCKB explicite tous les domaines de compétence exercés par cette structure et donne des renseignements pratiques nombreux et essentiels à la compréhension de son organisation, de ses objectifs et de son rôle dans le développement du territoire qui la concerne et qui s’inscrit dans l’aire géographique plus élargi du pays du Centre-Ouest-Bretagne auquel elle adhère.

 

 Jean-Yves Philippe

 

maire stconnan 

Président de la CCKB

Maire de Saint-Connan