Perret

 

Perret compte 178 habitants et s'étend sur 1222 ha. Cette commune, en partie enclavée dans la forêt de Quénécan, présente des traces d'occupation - stèle gauloise et borne romaine -, remontant à l'antiquité. Perret est déjà cité en 871, dans une notice du cartulaire de Redon: le roi de Bretagne en personne, Salomon, y délimite le territoire qui est donné à l'abbaye Saint-Sauveur-de-Redon , cet acte est signé dans le château des Forges des Salles, dont il reste des vestiges (Morbihan). Au XIIIe siècle, ce château est devenu une résidence des vicomtes de Rohan dans leur châtelle-nie de Gouarec ; c'est de là que le vicomte Alain, en 1232, fait une donation à l'abbaye de Bon-Repos. Le bourg de Penret a une certaine importance, car Marguerite de Rohan obtint pour lui du roi de France, en 1665, un marcbé hebdomadaire, et six foires annuelles. À la fin de l'ancien Régime, Perret est une succursale de la paroisse de Silfiac, dans le diocèse de Vannes. En 1790, toutes deux deviennent des communes, l'une rattachée au Morbiban, et l'autre aux Côtes-du-Nord. En 1816, sont construits la fonderie et le bautjourneau des Forges des Salles, qui fonctionnent jusqu'en 1874, alimentées en énergie par le bois de la forêt de Quénécan. Malgré son passé vannetais, Perret offre un visage très différent de Lescouët et Mellionnec : il constitue, avec Sainte-Brigitte et une partie de Plélauff, un petit terroir particulier appelé Kost-ar-C'hoët, le bord de la forêt, jusqu'en 1950, il conserve des traditions très particulières dans les domaines du vêtement, de la musique, du langage, et surtout de la danse.

 

Accueil général

Adresse

15 rue Kreiz-Ker
22570 Perret

 
Horaires d'ouverture

Le Lundi : de 09h00 à 12h30 et de 13h30 à 17h00

Le Mercredi : de 09h00 à 12h30

Le Jeudi : de 09h00 à 12h30 et de 13h30 à 17h00

Contacts

Téléphone :

+33 2 96 24 98 89

Télécopie :

+33 2 96 24 98 89

mairie.perret [ à ] wanadoo.fr